Tabou autour de la sexualité au Burundi : un live talk sur un phénomène

Omniprésente dans les discussions, analysée à longueur d’articles, la sexualité reste pourtant un sujet tabou au Burundi. A en croire, les intervenants dans le panel organisé par Share-Net Burundi sur Instagram, en marge de la Journée internationale de la santé sexuelle, la communication peut être clé pour une sexualité responsable et épanouie.

 

 

Le live a lieu au lendemain de la Journée Internationale de la santé sexualité célébrée chaque 04 septembre, avec au cœur des échanges le thème, « Pour une sexualité saine et épanouie ». Dans ce live d’une heure, il s’agit d’échanger, de contrer, de torpiller le tabou, ces contraintes sociales et culturelles qui entourent la sexualité et proposer des pistes de solutions pour une sexualité responsable. Le “talk ” suivi par plus de 200 personnes se fera entre 2 médecins ; Brian Bandenzamaso, Claire Umuhoza, et 2 blogueurs du collectif Yaga Audry Carmel Igiraneza et Carole Bigirimana.

D’entrée de jeu, Martine Nzeyimana, modératrice du talk, plante le décor avec quelques chiffres : selon l’OMS, 4900 jeunes femmes de 15-24 sont infectées par le VIH, dont 60% qui vivent dans des pays en voie de développement comme le Burundi. Selon le Rapport final de la Revue du Plan National de lutte contre le Sida, présenté le 15 Mars 2022, le Burundi a fait des progrès énormes dans l’atteinte des objectifs 90-90-90, c’est-à-dire que 89% des Personnes Vivant avec le VIH ont connu leur statut en fin 2020, 98% avaient été mis sous traitement ARV et 90% avaient supprimé la charge virale. Malgré ces avancées notables, le chemin est encore long.

 

Oser parler, oser briser la glace

« Comment parler de la sexualité quand même dans nos familles, c’est un sujet qu’on n’évoque pas et qu’on évite. Le tabou est si tenace que très peu osent en parler. À mon avis, on ne gagne rien à taire ce dialogue. Il faut arrêter de se voiler la face, la sexualité fait partie intégrante de la vie de tous. On ne pourra jamais la cacher ou la faire disparaître, alors autant l’embrasser », analyse Dr Bandenzamaso.

Saisissant la balle au bond, Dr Umuhoza indique que préserver une sexualité épanouie participe au bien-être physique et social de l’individu. « En prenant conscience qu’elle est un être sexué du point de vue mental et physique, chaque personne doit intimement s’écouter et mettre sa vie en accord avec ses dispositions sexuelles intérieures pour s’épanouir et adopter des comportements sains pour se protéger et protéger les autres », commente-t-elle.

Pour elle, dès lors que le tabou persiste dans la société, la sexualité devient plus compliquée et c’est les jeunes qui, à force de vacillements et d’incertitudes sombrent dans de pratiques plutôt dangereuses qui les laissent aux étagères de la vie.

Audry Carmel Igiraneza abonde dans le même sens. Pour ce blogueur qui n’eut jamais la chance de parler de sexualité avec ses parents, si ce ne sont que les bribes qu’il a pu trouver dans les manuels de son père qui est médecin, les jeunes ont souvent de fausses informations sur la sexualité provenant des amis mal informés, des films, des sites X, etc. « Bien qu’elle soit plutôt différente de celle des adultes, la vie sexuelle des jeunes n’est pas sans importance – bien au contraire ! L’exploration et la découverte de la sexualité, sous toutes ses facettes, sont essentielles au façonnement identitaire des enfants et des adolescents. Dès lors, Il doit y avoir des adultes pour fournir les réponses aux questions que se posent les jeunes », défend-il.

 

Quand le SIDA cristallise toute l’attention

L’autre défi, en matière de santé sexuelle et reproductive est le manque d’attention sur d’autres maladies ou infections sexuellement transmissibles, signale Dr Bandenzamaso, l’attention restant portée sur le VIH SIDA: « On a grandi en entendant et en voyant que des messages qui nous invitent à nous protéger contre le SIDA mais il ya d’autres maladies, saviez-vous par exemple que le cancer du col de l’utérus a un taux d’incidence élévé chez les  femmes dans la trentaine, nous voyons aussi de patients venir se faire soigner des suites d’un  rapport sexuel anal  et oral  non protégé et ça personne n’en parle parce que, voyez-vous, s’il y a tabou, cela l’est encore plus», fait-il observer.

La terreur qu’il faut éviter

Carole, étudiante en médecine, blogueuse et activiste dénonce un discours teinté d’intimidations des parents quand ils abordent la sexualité. Pour elle, ils ne font que mettre en garde leur progéniture de ne pas se livrer à la “débauche”

: « Ils te diront seulement de t’abstenir, que le sexe c’est mauvais sans te donner d’autres informations. C’est de ce manque d’informations que naissent les mythes. Je pense qu’il est capital que les parents s’impliquent davantage dans l’éducation sexuelle des leurs enfants car leurs informations permettraient aux jeunes d’avoi confiance en eux et de lutter contre la pression des pairs. »

Et Dr Umuhoza d’inviter les parents et les adultes à comprendre que les jeunes ont des envies et que c’est tout naturel. De ce fait, les parents ne devraient pas s’approprier le corps des enfants : « Nos enfants sont des êtres à part, essayons plutôt d’être ouvert et parlons avec eux de la  sexualité», une démarche qui selon elle, aurait comme résultat : la responsabilité. « C’est-à-dire que une fois sortie, l’enfant aurait la confiance de parler de sexualité parce qu’il aurait les vraies informations, il ne se ferait pas facilement influencer. »

Le jeune Igiraneza rappelle que la plus grande responsabilité appartient au gouvernement en améliorant l’accès aux informations et à des services de santé sexuelle et reproductive (SSR) favorables aux jeunes. Il est soutenu par Dr Bandenzamaso qui invite à plus de synergie des acteurs de la santé et ceux du monde médiatique pour une sensibilisation massive et efficace avec un message adapté.

 

“Mettre fin dès maintenant à la violence à l’égard des femmes”

 

Ce 25 novembre marque la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes et le début de la campagne des 16 jours d’activisme contre les violences basées sur le genre qui prendra fin le 10 décembre. Selon les dernières estimations de l’Organisation Mondiale de la Santé,  1 femme sur 3, dans le monde, a déjà subi des violences physiques ou sexuelles de la part d’un partenaire intime, ou d’une autre personne, au moins une fois dans sa vie. Une situation dès lors exacerbée par la COVID19. 

Retrouvez notre fil d’informations sur les 16 jours d’activisme sur notre page Twitter.

 

Share-Net Burundi 2 pager

 

What did Share-Net Burundi achieve in 2021?

 

2021 has been a year of great work for the secretariat and
members of SN-BU. Towards the end of 2020, members of the
national community of practice (CoP) on adolescent and youth
sexual and reproductive health met to prepare for the 2021 cocreation conference.

Despite the challenge of hosting a virtual CoCreation conference for the first time, there were a high number
of participants.
After the conference and dissemination activities, the secretariat
and members continued to work on generating and exchanging
SRHR experiences and practices through different CoPs created
since 2020 in Burundi.
In addition, SN-BU is a reliable partner of the Dutch Embassy in
Burundi as over the next two years, the Hub will contribute to its
new flagship “Solutions Program” through Monitoring, Evaluation
and Partners Learning. The program has six components, and
SN-BU will be leading the component on Monitoring, Evaluation,
Accountability and Learning (MEAL).

Click here, to read the document.

1 2 3 4 9